La Cité Interdite (Historique) :

C'est le nom que l'on donne au Palais Impérial " Gugong " où personne n'est entré pendant plus d'un demi millénaire. Autrefois les hauts dignitaires, leurs serviteurs mais également l'Empereur, " le Fils du Ciel ", y résidèrent. Derrière l'enceinte protégée par des murs de couleur rouge cendrée, on pouvait imaginer l'activité qu'il y régnait.

La Cité Interdite fut érigée par 200.000 artisans entre 1406 et 1420 lorsque le deuxième empereur des Ming, Yongle, déplaça la capitale de Nankin à Pékin (Capitale du Nord), et resta le siège du pouvoir jusqu'à la proclamation de la République en 1911. Le film 'Le Dernier Empereur' rendit la cité plus que célèbre dans le monde entier.

S'étalant sur une surface de 72 hectares (960 sur 750 mètres), protégée par des douves de 52 mètres de large et des remparts de 10 mètres de haut, la Cité compte le nombre magique de 9.999 pièces (le nombre 10.000 étant réservé d'après la légende à l'empereur de Jade au ciel), et dans lesquelles devaient vivre de l'ordre de 8.000 personnes.

Siège du gouvernement et résidence des empereurs, elle comprend deux ensembles architecturaux, chacun composé de trois pavillons situés sur l'axe central sud-nord, selon la cosmologie chinoise.

La Porte de l'Harmonie suprême s'ouvre sur une cour extérieure pouvant accueillir jusqu'à 90 000 personnes. Les trois pavillons, la Salle de l'Harmonie suprême, la Salle de l'Harmonie du milieu et la Salle de l'Harmonie préservée, étaient réservés à la vie officielle de l'empereur (audiences, réceptions, cérémonies ...).

La Porte de la Pureté Céleste permettait d'accéder aux appartements privés de l'empereur et de la famille impériale, le Palais de la Pureté céleste, le Pavillon de la sérénité du croisement et le Palais de la Tranquillité terrestre. Une multitude de pavillons sont érigés sur les côtés de l'axe central.

Construite au début du XVème siècle, sous le règne de Yongle, troisième empereur Ming, la Cité Interdite fut rénovée et restaurée à plusieurs reprises. Pendant 500 ans, 24 empereurs des dynasties Ming et Qing s'y succédèrent jusqu'à la proclamation de la République en 1912. La partie sud devint alors résidence du Président de la République, tandis que la partie nord demeura la résidence du dernier empereur de Chine Xuantong, plus connu sous le nom de Pu-Yi.
L'empereur et la famille impériale furent contraints de quitter la Cité Interdite en 1924. Quelques années plus tard, elle fut transformée en musée.

Au son de la Tour du Tambour toute la haute communauté se précipitait pour l'audience du matin. Là, agenouillés, la tête baisée et orientée vers " le Trône du Dragon ", ils écoutaient attentivement le " Fils du Ciel ".

La Cité est cernée par des murs hauts d'une dizaine de mètres. Il faut ensuite passer le seuil de la Porte de la Paix Céleste et franchir de très larges douves. Avant de faire place aujourd'hui aux flots de visiteurs chinois et étrangers, les portes de la Cité sont restées longtemps hermétiques à toute intrusion. En effet la vie était régie par des protocoles stricts.

La Cité Interdite est un des lieux les plus passionnants de l'Histoire de la Chine. Depuis la fin de sa construction en 1421 jusqu'à la proclamation de la République en 1911.
Ici sur environ 72 ha, vivaient un peu moins d'une dizaine de milliers de personnes : de hauts dignitaires, leurs épouses, leurs serviteurs, des eunuques, etc.

La Cité Interdite (Symbolique Impériale) :

En Chine, la terre étant considérée comme un carré, chaque côté de ce carré représentait une direction cardinale. Le centre, position d'équilibre du yin et du yang et synonyme de raison et de maturité, symbolise l'empereur.

Un élément, une couleur et une saison correspondent à chaque point cardinal, ainsi le sud est associé au feu, au rouge et à l'été, l'ouest est associé au métal, au tigre blanc, et à l'automne, le nord est associé à l'eau, au noir et à l'hiver, enfin l'est est associé au bois, au dragon, et au vert ou bleu. La Cité interdite est orientée sud-nord puisque l'empereur devait se protéger des influences néfastes (vents, mauvais génies, invasions) venant du nord, alors que le sud apportait chaleur et bienfaits.

La couleur de l'empereur est le jaune. C'est pourquoi les toitures des palais, en forme de pagode, sont recouverts de tuiles vernissées de couleur jaune. Ornant chaque angle, de petits animaux protégeaient de la foudre et du feu. On retrouve aussi cette couleur dans ses vêtements, et dans la vaisselle de porcelaine monochrome.

Les murs de la Cité Interdite sont peints en rouge, symbole du sud, mais également signe de joie et de fête. Les plafonds des salles sont décorés de motifs verts et bleus, couleurs évoquant le ciel et l'eau. Les portes monumentales, peintes en rouge, sont garnies de neuf rangées de neuf clous dorés.

Le chiffre neuf, le plus élevé, était réservé à l'empereur. Une seule porte ne comporte que sept rangées de sept clous, celle par laquelle, paraît-il, sortait l'empereur pour son voyage vers l'éternité.

Synonyme de fertilité et de bon augure, le dragon à cinq griffes, animal céleste sortant des eaux, est le symbole de l'empereur et est représenté dans de nombreux endroits de la Cité Interdite.

L'emblème de l'impératrice est un oiseau mythique, le phénix. Il n'apparaît qu'en période de paix et de prospérité.

D'autres animaux veillent et protègent la Cité Interdite.
  • Un couple de lions garde les issues. Le mâle, une patte appuyée sur une boule évoque le pouvoir et le prestige.
    La femelle une patte sur son lionceau, suggère la continuité.
  • La tortue carrée à la base et ronde par sa carapace symbolisait l'univers.
  • La grue était signe de longévité et d'immortalité.
      

La Cité Interdite (ses Occupants) :

Les Eunuques :
Lors de leur apparition à la Cour des Han, en 180 avant notre ère, les eunuques étaient chargés de veiller sur les épouses et concubines de l'empereur. Puis les lois devinrent plus strictes, c'est pourquoi à la Cité Interdite, aucun "homme intact" ne devait demeurer dans les lieux le soir, en dehors de l'empereur, des enfants et des gardes de service.
Le Palais impérial employa donc de plus en plus d'eunuques. Des garçons, poussés par la misère ou vendus par leur famille, subissaient la castration et entraient au Palais, dans l'espoir d'une vie meilleure. Si quelques-uns devenaient des proches de l'empereur ou de ses épouses, et avaient un extraordinaire train de vie, la grande majorité vivaient modestement, astreints aux tâches les plus diverses, transmission des édits impériaux, préparation des audiences, célébration des rites religieux, théâtre, lecture publique des classiques, mais aussi entretien du palais, service des cuisines, porteurs de chaises, soins aux oiseaux des épouses... La plus petite tâche était réglée et confiée à un eunuque. Leur nombre bien que théoriquement limité, atteignit 100 000 sous les Ming, puis fut réduit à 3 000 sous les Qing. En 1912, il en restait 1 000. En 1923, Pu-Yi les fit chasser de la Cité Interdite, après de nombreux vols et incendies.
Les Mandarins :
Dans la journée 8 à 10 000 personnes vivaient dans la Cité Interdite. Diverses administrations d'Etat y étaient hébergées employant de nombreux fonctionnaires.
L'un des plus grands départements de l'Etat était la Maison impériale, formée de sept directions et de trois cours, gérant les bâtiments, les domaines de l'empereur, le trésor et les magasins impériaux. Elle contrôlait également les concubines et les eunuques et se chargeait de faire respecter les rites et les cérémonies. Les fonctionnaires qui y étaient attachés étaient des mandarins de très haut rang. Leur relation intime avec l'empereur leur conférait un prestige unique.
La Cité Interdite comportait aussi des services indispensables à la vie d'une communauté, écoles pour les enfants, bibliothèques, archives, ateliers d'art, collections d'armes et d'objets précieux où travaillaient de nombreux fonctionnaires de grades plus ou moins élevés.




Notre Gallerie d'Images


Temple du Ciel -  Place Tiananmen -  Cité Interdite -  Palais d'Eté -  Nécropole de la Dynastie Ming -  La Grande Muraille -  Désert de Gobi -  Oulan-Bator -  Monastère de Gandan -  Camp de Yourt -  Monastère de la Sagesse -  Décembristes -  maisons paysannes -  Lac Baïkal -  Bouriatie -  Novossibirsk -  Exposition Ferroviaire -  Kilomètre 1777 -  Place Rouge -  Cathédrale de Basile Le-Bien-Heureux -  Monastère de Novodievitchi -  Cathédrale du Christ-Sauveur -  Gallerie Tretiakov -  Monastère Serguiev Possad -  Kremlin -  Le Canon des Tsars -  La Reine des Cloches -  La Cathédrale de l'Assomption


~ ~ © CopyRight 2004 - Ulysses et Poussin ~ ~

Mail de votre serviteur : Ulysses

Chez Poussin